Qu’est-ce que le cancer du côlon ?

Le cancer du côlon est une tumeur qui se développe au niveau du côlon sigmoïde situé dans la fosse iliaque gauche. Provenant d’une tumeur bénigne dénommée polype adénomateux ou adénocarcinome, il évolue lentement à partir de la muqueuse de la paroi interne du côlon avant de devenir cancéreuse. Ce cancer colorectal se définit en fonction de sa localisation, de sa profondeur, de la présence de ganglions près du côlon et de l’existence ou non de métastases au niveau des autres organes. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont les plus exposés à cette pathologie, ainsi que les proches d’une personne atteinte à cause du facteur héréditaire.

Quels sont les symptômes du cancer du côlon ?

Les symptômes du cancer du côlon surviennent à un stade avancé du cancer. Ils se traduisent par des douleurs abdominales, une constipation continue, une diarrhée persistante avec du sang fécal dans les selles ou une obstruction complète. Ils s’associent à une anémie et un amaigrissement inexpliqué. Il n’est pas rare que le sujet éprouve une fatigue soutenue et ressente une altération de sont état générale. Si la tumeur se complique, une occlusion intestinale ou une perforation intestinale avec péritonite survient. En l’absence de traitement, l’infection s’étend vers les glandes lymphatiques, le foie et d’autres régions de l’organisme. Une métastase du foie peut en découler.

Quel traitement suivre pour le cancer du côlon ?

Le traitement repose sur la chirurgie qui cible la guérison du cancer du côlon en retirant la partie du côlon atteint par la tumeur ainsi que les ganglions voisins. Parfois, une endoscopie seule peut guérir totalement un cancer superficiel qui n’a pas franchi la muqueuse musculaire. Si le curage renferme des métastases ganglionnaires, hépatiques ou pulmonaires, une chimiothérapie vient la compléter. Une radiothérapie peut être nécessaire en cas l’exérèse chirurgicale partielle, avec une tumeur individualisée sur un organe vital. Dans tous les cas, une colostomie est envisagée pour reconstituer un anus artificiel. Si le cancer est dépisté précocement, il y a 90 % de chance de guérison pour les stades I. Une découverte tardive du cancer diminue les chances, soit à hauteur de 5 % de pour les stades IV.